Borderline

Partager cette Start-Up :    Facebook Twitter Google Plus Linkedin


En 2010, au fond d’une cuisine, 4 amis, colocataires, passionnés de mixologie et anciens barmen décident d’élaborer des cocktails créatifs accessibles à tous. Les boissons créatives borderline étaient nées !

Aujourd’hui, grâce à 5 cocktails de fruits aussi surprenants que gourmands, Borderline continu le combat sur toutes les tables basses, bars et nappes de pic-nic du monde pour prouver qu’un meilleur apéro est possible……pour que ce soit tous les jours le 14 juillet dans ta bouche!


 Borderline Borderline

Site web : www.border-line.frBlog : http://blog.border-line.fr/

 
FacebookTwitter linkedin-icon

Votre localisation d’origine ?
France – On produit en Alsace et nos bureaux sont à Paris.

Que proposez-vous ?
Une gamme de cinq cocktails de fruit sans alcool, aux goûts originaux et aux noms décalés. Par exemple, nous avons Nymphette Délicieuse (Fraise, Goyave, Violette). Notre petit plus : nos boissons évitent la perte de cheveux !

Comment vous est venue l’idée ?
Comme beaucoup de bonnes (ou de mauvaises) idées, nous avons imaginé Borderline un soir très très tard, ou plutôt très tôt le matin. On en avait envie de créer un soft à part entière, gourmand, puissant, décalé, le plus éloigné du jus d’orange hard discount qui même consommé seul laisse un goût de vodka.

Quel a été votre parcours avant de vous lancer dans ce projet ?
Nous nous sommes rencontrés lors de nos études à Skema Business School, où nous avons eu l’occasion de perdre une liste BDE ensemble et de monter une association étudiante qui édite un guide gratuit de la côte d’azur. C’était notre première expérience entrepreneuriale.

borderline

Quel est le lien entre votre parcours et votre projet ?
Très vite, durant nos études, nous nous sommes aperçus que nous fonctionnions bien ensemble avec une équipe très soudée et complémentaire. On avait également tous ce virus de l’entrepreneuriat. Très vite on a eu envie de monter une boîte ensemble. Mais on avait envie d’industrie, de produit, et même si on ne connaissait absolument pas le secteur, c’est l’agroalimentaire qui nous a le plus attiré !

Combien d’associés êtes-vous ? En quoi vos profils sont-ils complémentaires ?
Nous sommes 4 associés, des amis, des anciens colocataires. Nous avons chacun nos personnalité et spécialités qui font notre complémentarité. Jamais d’engueulade et un accord parfait sur ce que sera Borderline demain.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de vous lancer dans ce projet ?
À vrai dire, rien ! Tout cela s’est fait très naturellement. À force d’en discuter et d’y réfléchir, un jour, nous étions prêts !

Depuis combien de temps existe ce projet ?
Borderline est né en 2010, mais nous réfléchissions à ce projet depuis 2008 déjà.

Comment avez-vous financé votre projet ?
Avec nos apports personnels tout d’abord, qui correspondent à la revente d’une Ford Focus et d’une Golf IV d’occasion !

On a également obtenu pour 43 000€ de prêts d’honneur auprès de Réseau Entreprendre Alsace notamment. Il s’agit de prêt à l’entrepreneur (et non pas à l’entreprise), sans caution, sans garantie, mais qu’il faut obligatoirement investir dans l’entreprise. Le tout, complété par 55 000€ de prêt.

Au total, nous avons démarré avec une enveloppe de 125 000€ que nous avons englouti très vite !

Quelles ont été les difficultés que vous avez dû affronter ?
CF la réponse précédente ! Le marché est très lent. Nous nous sommes donc retrouvés avec un stock important à payer et des clients qui rentraient très doucement. Très rapidement, cela a provoqué des décalages de trésorerie plus importants que prévus.

Mais évidemment, l’entrepreneuriat est une aventure et tous les jours réservent de nouvelles difficultés plus surprenantes et inattendues les unes que les autres. Mais on aime ça, c’est notre côté SM !

Quelles erreurs avez-vous fait ?
Des tonnes et j’espère qu’on va en faire plein d’autres ! C’est grâce à cela qu’aujourd’hui nous avons une véritable expertise de notre métier. Si on devait redémarrer, il y a certainement des choses qu’on ferait différemment, mais pas tant que ça. On essaierait surtout de simplifier le business model au maximum et de limiter la multiplication de fournisseurs, ce qu’on fait aujourd’hui, mais sans doute un peu tardivement.

Quelle est votre cible ? Comment vous faites-vous connaitre ?
Notre cible est pour le moment les 20-35 ans plutôt urbains. Pourquoi ? Cette cible, c’est d’abord nous.

Si nous avons décidé de lancer nos produits, c’est parce que nous ne trouvions pas les boissons que nous avions envie de consommer : original, adulte, puissant…

Quels sont les éléments qui vous distinguent de vos concurrents ?
BORDERLINE est un cocktail de fruits « made in France »,sans conservateurs, sans colorants, aux goûts innovants. Borderline c’est 0% de politiquement correct, des produits de qualité, pouvant se boire avec ou sans alcool. C’est surtout la boisson qui rend beau, fort et qui évite la perte de cheveux !

Borderline

Comment voyez-vous l’avenir de votre entreprise ?
Nous achevons une grande phase de transition avec une remise à plat de l’ensemble de notre supply chain, une nouvelle charte graphique, nouveau logo et un nouveau packaging. Nous avons également revu l’ensemble des recettes pour les rendre plus désaltérantes et toujours aussi originales. Nous sommes donc désormais prêts à décliner le concept Borderline sur de nouveaux formats, mais également des nouveaux segments de marchés. Les mois à venir seront donc très importants pour nous et pour inscrire durablement la marque Borderline.

Quel doit être, selon vous, la qualité que devrait posséder tout entrepreneur ?
L’entrepreneur ne doit pas avoir peur, il faut pouvoir décider vite, au risque de se tromper.

Quels conseils donneriez-vous à un futur entrepreneur ?
Il faut absolument parler de son projet. Rien n’est jamais secret (sauf peut-être s’il s’agit d’une innovation techno particulièrement puissante). Croire que quelqu’un va nous piquer notre idée est absurde, alors qu’en parler permet d’améliorer son projet et de le confronter à la réalité.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?
Don’t follow the line, drink Borderline !

Borderline

Vous avez aimé cette Start-Up ? Alors partagez-la avec vos amis!


Facebook Twitter Google Plus Linkedin

You may also like...

Laisser un commentaire